Danse Classique Académique

Danse
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Svetlana Zakharova

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Domitille
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 18
Pays ou ville : France - Nancy
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Svetlana Zakharova   Ven 18 Fév 2011 - 18:39

Bonjour,
j'ouvre ce sujet pour que l'on mette des photos, des reportages et des vidéos de ma danseuse préférée : Svetlana Zakharova.

Je reviens plus tard pour en mettre !

Bonne soirée !
Domitille
Revenir en haut Aller en bas
Domitille
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 18
Pays ou ville : France - Nancy
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Ven 18 Fév 2011 - 18:44

voilà une interview :

Le secret de la grossesse de Svetlana ZAKHAROVA n'aura pas duré bien longtemps.
Depuis un certain temps, des rumeurs circulaient sur sa grossesse, sans qu'aucune confirmation ne soit rendue officielle.
Et puis le site du Théâtre de La Scala a annoncé cet heureux évènement. Et depuis, plus rien...
Jusqu'à cette interview de Svetlana ZAKHAROVA, parue dans la presse le 08 décembre dernier.
Et c'est une femme épanouie que l'on découvre à travers ses paroles, une femme mariée, tellement heureuse d'être enceinte !


"Les fonctionnaires détruisent le système de l'enseignement chorégraphique. Bientôt, personne ne dansera sur scène ", - a dit la célèbre danseuse du Théâtre du Bolchoï, Lauréate du Prix d'Etat de la Fédération de Russie, et Député à la Douma.

Ces derniers temps, il y a eu des changements considérables dans la vie de la danseuse. Svetlana a épousé le célèbre violoniste Vadim REPIN, qui a récemment reçu la Légion d'Honneur. Le jeune couple attend l'enrichissement de leur famille créatrice.



"Je me battrai jusqu'au bout !"


Lorsque nous nous sommes rencontrées au Bolchoï, il y avait un éclat dans les yeux de Svetlana ZAKHAROVA. Et ici, à la Douma ... Le travail de fonctionnaire ne vous livre pas un plaisir spécifique ?

Au Bolchoï, vous entrez en scène et vous répondez seulement pour vous, vous montrez ce que vous faites en salle. La créativité est mon élément, je m'occupe de cela depuis l'âge de 10 ans. А la Douma... Ici, certes, tout est différent. Vous seule, ne pouvez pas simplement influencer la décision de plusieurs questions. Les gens me demandent de l'aide. Je reçois beaucoup de lettres - certaines sont privées, concernant une personne. Et j'essaye de l'aider. Mais il y a des problèmes de système, pour lequel l'avenir de dizaines de personnes et peut être et la condition de notre culture dans l'ensemble aujourd'hui et dans l'avenir. La situation est très douloureuse pour moi - l'appel à l'armée de nos jeunes danseurs. Récemment, est apparu encore un problème, que je ne présentais pas, même dans un terrible rêve ! En Russie, peuvent se fermer TOUTES les écoles de ballet et musicales. Le ministère de l'éducation a refusé d'approuver le programme d'une moyenne formation professionnelle, faite par les conseils scientifiques de l'Académie Chorégraphique d'Etat de Moscou, et l'Académie du ballet russe. Vaganova à Saint-Pétersbourg. Même à la Grande Guerre Nationale, ces célèbres institutions professionnelles ne se fermaient pas, mais étaient évacuées ! Pourquoi maintenant, en temps de paix, les fonctionnaires tentent-ils de supprimer quelque chose créée il y a des siècles ?! Si l'affaire continue, on n'aura bientôt plus personne à danser sur scène : la violation du système intègre de la formation chorégraphique, non seulement supprime les écoles, mais aussi condamne à la destruction le ballet classique russe. Pour de telles questions je me battrai jusqu'au bout.

Mais en dehors de la Douma d'État, votre vie est encore le Bolchoï... Comment vont les affaires chez vous ?

Eh bien, comment dire ... (sourit énigmatiquement), en ce moment je suis en congé maternité. Je tâchais de toujours cacher ma vie privée et demandait de ne raconter ce secret à personne.
«Аif» - le premier journal par qui je découvre le secret.

Qui est le père du futur enfant ? Est-il du domaine artistique ?

Je ne le cache pas. Le père de mon enfant est le violoniste Vadim REPIN.

Deux ours dans une tanière ?

On s'entend bien, on s'entend bien ! (Rires.)

Svetlana, je dirai honnêtement : je n'attendais pas un tel pas de vous ! La Lauréate du Prix d'État, la reconnaissance internationale ! ZAKHAROVA était sur un tel envol que ...

Je pensais tout le temps à un enfant. Je rêvais ces dernières années d'un petit essentiel à côté de nous. Avec mon mari, nous attendions cet événement. Pas de peur et de désespoir, il n'y avait pas de : «Soudain je perdrai quelque chose dans ma carrière». Je sais : rattraper le retard, je vais prendre des formes. En décembre, je devais danser "Le Lac des Cygnes" à l'Opéra. À «La Scala» - quelques représentations. Au Théâtre National de Tokyo. En Grèce, chaque année je viens à la fin de l'été - le début de l'automne avec les représentations ... Je ne dis rien sur les travaux intéressants au Bolchoï. Mais j'ai décidé de tout refuser pour bien de l'enfant. Je dirai sincèrement : quand je rêvais seulement au bébé, je m'imaginais la période de la grossesse très bienveillante, et je pensais : «Mon Dieu, combien de temps j'aurai ! Je pourrai me promener dans les musées, aux théâtres, me balader... Visiter là, là, beaucoup me reposer...». Et maintenant... Tout, tout est ainsi. (Croise les mains) La journée ne suffit pas pour faire avec toutes mes activités. Probablement, ma génération est destinée à travailler-travailler-travailler ! Bien que cela m'arrange. Parfois je me pose la question : «si j'avais la possibilité de tout recommencer, comment je vivrai ?»

Et quelle est la réponse ?

J'ai compris que ne souhaiterais rien changer ! Je voudrais les mêmes bleus, passer par les mêmes chutes et les envols. Que mon enfance ai prit fin à 10 ans, mais maintenant je trouve que c'est à cet âge qu'un enfant doit déjà se préparer à une vie adulte, et non commencer à réfléchir à 15-16 ans, à penser dans quelle école il entrera. Je me suis impliquée dans la gymnastique, la danse, la natation. Le ballet comme un art, je ne suis pas très inquiète. Mais aujourd'hui, je suis reconnaissante envers ma mère qui m'a inscrite pour entrer à l'école chorégraphique. Oui, je ne le cache pas, c'était était difficile à l'internat. J'étais une petite fille qui pleurait, s'ennuyait de ma maison. Mais cela valait le coup, il fallait passer par cela pour apprendre. J'ai compris aussi, que c'était ainsi qu'on gagnait sa place de leader parmi les enfants.

Il y a une opinion qui dit que bientôt, on n'aura plus personne à danser sur les scènes - il n'y a pas de remplacement des générations...

Premièrement, il y avait une période, quand nos grands professeurs partaient à l'étranger, pour ne pas exister dans la position de misère, qu'ils ne méritent pas. Et, naturellement, ils trouvaient du travail. Deuxièmement, les parents d'aujourd'hui ne veulent pas envoyer leurs enfants dans des écoles chorégraphiques. Maintenant la chose principale dans le monde est l'argent. Certes, les parents pensent : «Combien d'argent mon enfant gagnera ? Pourquoi devrait-il accomplir un travail excessivement difficile sur scène ? Il sera mieux assis dans un bureau propre, à marcher dans un costume».

Maïa Plissetskaya, Galina Oulanova - plusieurs célèbres danseuses de ballet de la période soviétique, racontaient dans les livres qu'au nom de la profession, on pratiquait l'avortement... Et aujourd'hui, plus une danseuse, l'autre va en congé maternité...

Et alors, et maintenant chaque danseuse de ballet faisait et fait un choix personnel. D'autre part, au temps soviétique, l'oeuvre jouait un grand rôle. À cette époque, quand dans le théâtre les ballet étaient mis par Grigorovitch, sortaient le chef-d'oeuvre après le chef-d'oeuvre. Probablement, c'était aussi la motivation, et les danseurs ne pensaient à rien d'autre, excepté le travail, aucune autre vie autour... Maintenant tout est différent. Au théâtre, tu peux prendre tes affaires et t'en aller - dans un théâtre moins prestigieux, où tu peux te réaliser. Plusieurs solistes du niveau moyen agissent notamment ainsi. L'Europe est peuplée de nos artistes. Et en Amérique il n'y a pas de telles bases d'apprentissage, comme en Russie. C'est pourquoi les danseurs russes sont nécessaires partout. Parfois je pense :« Dieu merci que je sois née à cette époque». D'autre part... Je suis désolée, bien sûr, que maintenant il y a quelques chorégraphes russes, qui ont fait quelque chose pour le pays ... des maîtres russes comme Alexeï Ratmansky et Boris Ejfman. Ils peuvent représenter la Russie. Personne est plus grand... Dans tout ce que je faisais de nouveau dans le ballet, il y avait mes recherches personnelles. Ils me disaient :« tu danses tout le répertoire au Bolshoï ! Pourquoi as-tu besoins d'autre chose ?» Mais je me demande, parce qu'il y a encore beaucoup d'inconnus !
Revenir en haut Aller en bas
Domitille
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 18
Pays ou ville : France - Nancy
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Ven 18 Fév 2011 - 18:51

voilà une autre interview :
Svetlana ZAKHAROVA : J'ai commencé en Occident avec Baryshnikov




Artiste populaire de Russie, soliste au Théâtre du Bolchoï, Svetlana Zakharova a effectué de nombreuses tournées à l'étranger. Sa Carmen passionée, sa Cendrillon romantique, le tempérament de sa Giselle applaudi à Londres, Paris, Milan, Tokyo, New York ... . En 2002, Zakharova a été nommée Etoile en Italie. La famille Rothschild arrange souvent en son honneur des dîners au Royaume-Uni. Le 20 mai, Svetlana ZAKHAROVA, gagnante du "Golden Mask", présentera au Palais du Kremlin son nouveau projet chorégraphique "Je veux danser."
Sa vie et son travail de danseuse dans un entretien exclusif avec "Ekho". Interview d'Ekaterina Chtcheglov.




- Svetlana, vous êtes désormais la bienvenue dans n'importe quel pays dans du monde. Mais la première fois où vous avez été à l'étranger, vous étiez encore enfant paraît-il...

- Oui, j'ai vécu quelque temps en Allemagne de l'Est, où mon père, militaire, y a été envoyé pour servir. Je me souviens, j'étais une jeune fille de 10 ans, après la pauvreté et la misère de l'Union soviétique, j'étais surprise de constater que quelque part, les gens vivaient beaucoup mieux. Nous adorions avec ma mère, marcher dans les magasins allemands, se promener dans les rues entretenues et remplies de parcs fleuris. Il régnait partout une vie tranquille, mesurée. Aujourd'hui, je suis toujours autant impressionnée de voir qu'en Allemagne, tout est clairement et correctement stable et équilibré.


- Qu'est-ce vous vous souvenez de votre première tournée étrangère?

- Premièrement, nous avons prit l'avion pour Tokyo, qui m'a tout de suite fascinée, j'étais aussi en tournée dans d'autres villes japonaises. Et de la Terre du Soleil Levant, nous nous sommes envolés tout droit pour Londres sans passer par Moscou. J'avais terriblement peur. Londres est une ville de tradition profondes du ballet, les critiques de ballet sont très sévères. Mais j'ai trouvé beaucoup d'amis à travers les Londoniens pour découvrir de nouveaux coins dans cette ville étonnante.


- Quelles sont les villes Occidentales où vous avez encore le temps de tomber amoureuse ?

- Tout d'abord, à Milan, où je me produis souvent au théâtre "La Scala". Les villes occidentales me sont chères pour l'essentiel, grâce aux gens vivant là, et les images sont reconnues comme des événements importants de ma vie : créations, productions.


- Votre fidèle admirateur était un grand couturier, Yves Saint-Laurent. Que gardez-vous comme souvenir de sa personne ?

- Nous n'avons jamais parlé personnellement, hélas, nous n'en avons pas eu l'occasion, mais je sais qu'il est venu à mes performances. J'ai encore des programmes signés de sa main. Mais avec le couturier de mode Valentino, nous nous croisons parfois à Milan.


- Qui d'autre en Occident figure sur la liste de vos admirateurs prestigieux ?

- Oh, il y en a beaucoup... Il s'agit surtout d'artistes, des hommes d'affaires, des politiciens, des représentants de l'industrie de la mode - Je ne les citerai pas.


- Parmi vos partenaires de scène étrangers, de qui vous souvenez-vous le plus ? Je me souviens de l'étoile de l'Opéra National de Paris, Laurent HILAIRE, surnommé Le Magnifique, Laurent vous a même fait pleurer ...

- Oui, il l'est. Laurent est un remarquable danseur. Malheureusement, il ne se produit plus dans le répertoire classique désormais. Pour la saison 2003-2004, nous avions dansé "Giselle", à Paris. Puis il m'a dit : "J'ai terminé ma carrière, mais seulement pour Svetlana, je danserai à nouveau." J'ai été touchée. Et je me rappelle que je me demandais vraiment pourquoi ce brillant artiste en pleine gloire a arrêté de danser les classiques.


- Avez-vous rencontré des partenaires avec lesquels, sans répétitions, vous vous êtes immédiatement mutuellement compris ?

- Je peux dire avec Roberto BOLLE, artiste au théâtre de la Scala. J'ai beaucoup dansé avec lui et nous avons enregistré trois DVD : "Le Lac des Cygnes", "Giselle" et "La Bayadère". Parfois, il me semble qu'avec Roberto, je peux danser sans aucune répétition. Cela est arrivé une fois - Nous nous sommes rencontré la première fois dans la journée pour nous observer l'un et l'autre, et le soir, nous avons dansé en public. Avant cela, nous n'avions jamais dansé "Giselle" ensemble. Toutefois, je ne voudrais pas qu'une telle situation semblable se répète.


- Et dans votre nouveau projet : "Je veux danser", qui sera d'abord présenté le 20 mai au Kremlin, employez-vous des artistes étrangers ?

- Bien sûr. Bien qu'une grande partie soit mon récital où les chorégraphies modernes sont combinées avec les classiques. Néanmoins, des artistes du Kremlin seront présents, et des artistes d'Allemagne et d'autres pays. J'ai invité de bons amis, des danseurs et des chorégraphes avec lesquels nous avons travaillé pendant une longue période. Par exemple, l'un des numéros a été mis en scène pour moi par le directeur artistique du Ballet National Espagnol Nacho Duato. C'est quelque chose d'étonnant.


- Etes-vous êtes en collaboration avec "La Scala" sur une base permanente ?

- Oui. Je suis aussi une invitée vedette du Théâtre National de Tokyo.


- Mais certains producteurs étrangers n'ont-ils pas essayé de vous attirer hors de la Russie pour de bon ?

- Avec l'ouverture actuelle du monde cela n'a aucun sens. A l'époque soviétique, lors du "rideau de fer", on a proposé d'émigrer à plusieurs reprises à mon professeur, Lyudmila Ivanovna Semenyaka, mais elle est restée au Théâtre du Bolchoï. Pourtant, à cette époque, travaillait Youri Grigorovitch, et il y avait de nombreuses possibilités de réalisation de soi. En fait, il est difficile de juger ces temps. Je ne blâme ni Rudolf Noureev ou Mikhaïl Baryshnikov, ou d'autres émigrants. Bien sûr, en raison de leurs actes, les gens ont souffert, y compris leurs familles. Ils sont partit pour l'amour de la créativité.


- Avez-vous une partie de ballet favori ?

- Chaque partie est difficile à sa manière - à la fois physiquement et psychologiquement et émotionnellement. Chaque rôle demande de cultiver l'âme. J'aime les drames au cours desquels vous pouvez vivre la vie particulièrement vive de l'héroïne. Par exemple, le Théâtre National de Tokyo a récemment mis en scène pour moi, le ballet "La Dame aux Camélias". C'est un de mes derniers rôles, très émouvant et passionnant.


- On dit que votre carrière féerique a débuté à l'étranger grâce à Mikhail Baryshnikov ...

- Oui. Alors que j'étais encore très jeune, je suis allée avec le Théâtre Mariinski en tournée à Versailles. Baryshnikov a regardé notre répétition générale. Ensuite, Brigitte LEFEVRE, la Directrice du Théâtre de l'Opéra de Paris m'a dit qu'il l'avait appelée : "Vous devriez voir un concert, il y a là une une bonne fille, Svetlana ZAKHAROVA...". Alors, j'ai fait ma première invitation à l'Opéra de Paris. D'ailleurs, j'étais la première ballerine de ballet russe à être invitée là-bas. Aucun artiste russe a mit les pieds sur cette grande scène dans les dix ans après la mort de Rudolf Noureev. J'avais alors 21 ans, et cette invitation m'a ébranlée. C'est ainsi que Paris est devenue pour moi une autre ville favorite, et c'est certain nouveau tremplin. Plus tard, il y a eu des invitations à des concerts de gala, des spectacles dans les théâtres d'Europe et d'Amérique.


- Dans le passé nous avons souvent cité une phrase de Yuri VIZBOR : "Et même dans le domaine de la danse, nous étions en avance sur toute la planète." Est-elle toujours actuelle ?

- Je pense que dans le ballet classique, nous détenons encore le titre de champion du monde. Aujourd'hui, il y a dans le monde quelques solistes brillants. Vous pouvez toujours dresser le Corps de Ballet, polir, mais les solistes ... Le niveau du Mariinsky et du Bolchoï s'est toujours tenu en soliste.
Mais l'Europe a fortement progressé avec la danse contemporaine. En Europe, s'est tès rapidement développés la chorégraphie et les arts de la scène. Mais nous, excepté Boris Eifman, et Alexei Ratmansky, peut-être, nous n'avons personne qui aurait fait le succès de pièces contemporaines. Deux Maîtres de chorégraphie pour l'ensemble de la Russie, c'est très peu.


- Selon vous, quelles sont les plus puissantes écoles de ballet dans le monde ?

- L'Opéra de Paris et Covent Garden. Ces théâtres ont leur propre style : certains les aiment, d'autres non, mais ce sont de très fortes écoles.


- Avez-vous des idoles de ballet ?

- Non. Je m'en tiens à l'antique adage : ne pas faire de vous un héros.


- Et même quand vous étiez enfant, quand vous avez commencé à étudier le ballet, vous n'aviez pas un modèle ?

- Non, imaginez. Beaucoup de gens me plaisaient, j'admirais quelqu'un, quelqu'un admirait, mais même à l'âge de 10 ans, je n'ai jamais pensé : je veux danser ou ressembler à telle ou telle danseuse. J'ai toujours voulu développer mon style. Lorsque j'ai commencé à travailler au Théâtre Mariinsky, j'ai eu quelques représentations, j'avais plus de temps pour aller aux performances de mes collègues. Je leur ai souligné leurs faiblesses - des costumes, et j'ai essayé d'éviter cela à la maison.


- Savez-vous, vous qui êtes originaire Lutsk, qu'est maintenant devenue la région de Volyn ? Avez-vous une nostalgie de ces lieux ?

- Nous n'avons aucune raison de revenir, parce que nous n'avons personne là-bas. Mais tout en étudiant à l'Ecole de Danse de Kiev dans les premières années au Mariinsky, je venais régulièrement rendre visite à ma grand-mère en Ukraine. Je suis très proche de mon pays natal. Et quand je vois des informations à la télé associées à l'Ukraine, je ne reste pas indifférente.


- Vous êtes Député à la Douma, vous entrez dans le Comité du parti de la Culture. Comment arrivez-vous à trouver du temps ?

- Il se trouve en quelque sorte. Bien qu'il soit difficile. Bien sûr, l'incompréhension fatigue et l'indifférence des fonctionnaires, et parfois même, on peut perdre son courage. Nous prendrons la même tasse avant d'agir efficacement dans les écoles, les maisons de pionniers. Les gens viennent me voir et disent qu'ils ne savent pas où envoyer leurs enfants à l'école. Comme l'Etat a attiré l'attention sur le sport, les Jeux Olympiques de Vancouver ont montré que tout n'est pas parfait dans ce domaine. C'est ainsi avec le ballet. Mais il est possible que dans 10 ans, la situation avec la chorégraphie ne sera pas meilleure que dans le sport.


- Pardonnez ma franchise : que ferez-vous après votre carrière ?

- J'ai beaucoup d'idées et de plans. Si je ne peux pas me produire dans le répertoire classique, je chercherai le moyen de me réaliser sur scène à un autre titre. Il y a des moments d'épuisement, mais je reste et je travaille. Je suis bien consciente que je ne peux pas vivre sans le ballet. Et je cherche à l'avance, de nouveaux moyens et des nouvelles possibilités.


- Dans votre série de plans, la famille a t-elle une place ? Vous voyez-vous dans le rôle d'épouse et de mère ?

- Oui, bien sûr. Je rêve d'une famille et des enfants. J'espère que dans cette qualité, ma «carrière» sera également couronnée de succès.
Revenir en haut Aller en bas
Domitille
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 18
Pays ou ville : France - Nancy
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Ven 18 Fév 2011 - 18:54

voilà une photo et le texte qui va avec :



Hommage à Noureev, Coliseum, Londres



Le 21 mars dernier, au Coliseum de Londres, avait lieu un gala en hommage à Noureev.
Ce ballet rendait hommage à l'extraordinaire carrière de Noureev depuis ses débuts comme soliste au Kirov jusqu'à sa carrière de chorégraphe. Après son "saut à l'Ouest" en 1961, Noureev est devenu un nom incontournable auprès d'un public fasciné par son audace et son magnétisme. Mais il n'oublia jamais ses racines et porta tous ses efforts vers le retour aux traditions du ballet russe.

Quelques semaines avant le gala, un certain nombre de publications influentes britanniques ont écrit à ce sujet à Londres : «... être un événement qui ne devait pas être ignoré." Par conséquent, le gala s'est joué à guichets fermés dans la salle.
«Cette soirée de gala n'est pas associée à une date particulière, mais elle est destinée à honorer la mémoire de Noureev, qui était une figure dans l'histoire du monde du ballet et un excellent danseur de la seconde moitié du XXe siècle", - a expliqué «Ensemble Productions» qui a organisé le concert.
A l'occasion de cette soirée, étaient présents de prestigieux invités tels que le Prince Michael de Kent, le Prince Lobanov-Rostovsky, l'ambassadeur de Russie en Grande-Bretagne Iouri Fedotov, le top model Natalia Vodianova et plusieurs autres.

Durant cette soirée de gala (qui a duré environ 4 heures), étaient présentes des étoiles internationes du Bolshoi Ballet, du Mariinsky, du Royal Ballet, de l'Opéra de Paris et du Berlin Staatsballet.
Parmis les étoiles : Svetlana Zakharova, Igor Zelensky, Polina Semionova, Yevgenia Obraztsova, Andrei Merkuriev, Dmitri Gudanov, Manuel Legris, Gil Roman, Olga Esina, Marianela Nunez, Thiago Soares, Alina Cojocaru, Johan Kobborg, David Makhateli, Roberta Marquez, Dmitri Gruzdyev, Farukh Ruzimatov, Mara Galeazzi, Ivan Putrov, Sarah Lamb, Inaki Urlezaga...

Le gala était accompagné par l'orchestre de l'English National Ballet, dirigé par Valery Ovsiannikov et comprenait des extraits de chefs-d'œuvre tels que "La Bayadère", "Roméo et Juliette", "Manon", "Le Lac des Cygnes", "Les Sylphides", "Le Corsaire", ainsi que des ballets court comme "The Moor's Pavane" (chorégraphie de José Limon), "L'Après-midi d'un Faune" (chorégraphie de Jerome Robbins) et le dernier mouvement de "Pierrot Lunaire" (Chorégraphie de Glen Tetley).

Au début de ce gala organisé par la République du Tatarstan, la ville de Kazan et Ensemble Productions, un film amateur rayé montre un jeune homme mince, presque une ombre, copiant les mouvements de son maître bien-aimé Alexandre Pouchkine à l'Académie Vaganova.
Puis s'enchaînent une multitude de chorégraphies, dansées par les plus grands danseurs de ce siècle.

La star du Bolshoï Ballet, Svetlana ZAKHAROVA, a dansé "Tristan and Isolde" avec Andreï MERKURIEV, ainsi que la chorégraphie "Black" : tous deux ont formé un duo d'une précision exceptionnelle.
Sveta, remise de sa blessure il y a peu de temps, a balayé la scène de ses longues jambes et a enchanté le public sur la musique de Krzysztof Pastor.
Un duo grandiose, un duo virtuose. Leur danse était pleine de fraîcheur.
De quelle matière est faite cette étoile ? Disons qu'on la reconnaît quand on la voit. Une présence qui attire le regard, parce qu'elle brûle plus que les autres. Une manière d'incarner un personnage, d'y consumer toute sa force, toute sa foi... Elle ne porte pas le nom d'«Etoile» pour rien, Svetlana ZAKHAROVA.

Revenir en haut Aller en bas
Domitille
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 18
Pays ou ville : France - Nancy
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Ven 18 Fév 2011 - 19:01

voilà maintenant une vidéo avec le texte qui va avec :
(c'est don quichotte)

http://www.youtube.com/watch?v=U-LHMtHJLQ4&feature=player_embedded


Le moins que l'on puisse dire, c'est que le retour de Svetlana ZAKHAROVA sur scène, fut triomphal !
Depuis le mois de janvier, Svetlana ZAKHAROVA avait dû interrompre ses prestations scéniques suite à une blessure à la hanche.
Après plusieurs annulations de performances, ses fans ont eu l'immense bonheur de la retrouver sur la scène du Kremlin, le 15 mars dernier dans le ballet "Don Quichotte".

Svetlana ZAKHAROVA dansait le rôle de Kitri, et Mikhail LOBUKHIN dansait le rôle de Basile. Notons à ce sujet qu'il s'agissait des débuts de Mikhail LOBUKHIN à Moscou pour le rôle de Basile.
Et quels débuts ! Danser avec la plus grande Etoile au monde, il y a de quoi avoir quelques appréhensions tout de même.

Mais que les fans se rassurent, les deux Etoiles ont été à la hauteur des espérances du public, et malgré sa blessure et son arrêt, La Diva Zakharova (très acclamée et applaudie du public) nous a prouvé dans toute sa splendeur qu'elle est un miracle russe et qu'elle conservera à jamais son trône de Reine de la danse.

Et pour vous convaincre, une vidéo plutôt courte de la prestation du 15 mars dernier. J'ai choisi ce moment car il fait parti de mes préférés dans ce ballet, et aussi parce qu'on voit les 32 mythiques fouettés : moment généralement très attendu du public.
Dans cette vidéo, on peut également saluer la prestation de Mikhaïl LOBUKHIN : il danse avec une attitude très élégante, presque chevaleresque. Ses sauts et ses pirouettes sont propres et nettes. Ses réceptions précises.

Et Svetlana ZAKHAROVA : il y a tellement de belles choses à dire !
"On peut bien sûr parler de sa grâce, de ses jambes qui semblent faites d'une autre matière que les nôtres, de son pied à la cambrure irréelle, de ses bras qui parlent une langue de silence, de ses grands jetés en apesanteur, de sa finesse d'interprétation, de sa finesse en tout. Mais cela ne remplacerait jamais le fait de la voir danser. De la voir dire avec ses bras le désarroi, l'espoir que l'on sait sans objet, ou, quelques minutes plus tard, la féminité triomphante..."

Elle apparait en forme : si elle souffre, elle ne semble pas montrer le moindre signe. Elle exécute les fouettés à une vitesse incroyable et s'impose.
C'est un réel plaisir de la voir saluer : on voit qu'elle est heureuse de retrouver la scène et son public.


"C'est une de mes chances d'avoir été formée au Kirov, dans la tradition la plus classique. C'est ma base, et elle est très solide. Ici, au Bolchoï, j'ai appris la liberté de mouvement, les émotions, la vie. C'est une combinaison idéale.

– Avez-vous un rituel secret avant les représentations ?

– Je viens quand personne n'est sur la scène, quand les rideaux sont encore ouverts. J'arrive très tôt avant la performance, environ 5 heures avant."
Revenir en haut Aller en bas
Domitille
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 18
Pays ou ville : France - Nancy
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Ven 18 Fév 2011 - 19:10

voilà encore (décidément, je vous submerge !) une photo et un texe qui lui correspond :



C'est une distinction de plus qui s'ajoute au palmarès de Svetlana ZAKHAROVA.

En effet, à l'occasion de l'ouverture de cette année croisée franco-russe, la haute distinction française, Ordre des Arts et des Lettres, a été attribuée à plusieurs personnalités de la culture Russe afin de les récompenser pour leur contribution au rayonnement des arts et des lettres en France et dans le monde.


Les personnalités russes ayant reçu cette récompense française sont :

- Svetlana ZAKHAROVA : Officier dans l'Odre des Arts et des Lettres,
- Le réalisateur Gleb PANFILOV : Officier dans l'Odre des Arts et des Lettres,
- Le réalisateur Pavel LOUNGUINE : Commandeur dans l'Odre des Arts et des Lettres,
- L'historien du cinéma Naoum KLEIMAN : Commandeur dans l'Odre des Arts et des Lettres,
- L'actrice Inna TCHOURIKOVA : Officier dans l'Odre des Arts et des Lettres.


La cérémonie a eu lieu le 25 février 2010, à la résidence de l'ambassadeur français à Moscou. La récompense a été remise par le Ministre de la Culture Française, Frédéric MITTERAND.

L'ordre des Arts et des Lettres a été créé en 1957. Cette récompense honorifique française est attribuée pour la contribution à la prospérité des arts et des lettres en France et dans le monde.
En un demi-siècle, beaucoup de Russes sont devenus ses possesseurs.

«C'est un honneur de recevoir le prix des mains du Ministre de la Culture française - a reconnu Inna TCHOURIKOVA. J'adore la France. Pour moi c'est un honneur».




D'ailleurs, voici le discours prononcé par Fréréric MITTERAND lors de la remise de l'insigne à Svetlana ZAKHAROVA.


"Chère Svetlana ZAKHAROVA,

Nous quittons à présent la « lanterne magique » du cinéma pour d'autres féeries non moins enchantées : celles de la danse et du ballet, et des formes les plus brillantes qu'en présentent le Théâtre MARIINSKY et le BOLCHOÏ dont vous êtes l'une des étoiles les plus scintillantes et les plus émouvantes. À l'heure où nous célébrons le centenaire de la venue des Ballets russes à Paris, il était bien naturel que je rende hommage à celle qui est aujourd'hui l'une des plus grandes danseuses de notre époque, que nous admirons et que nous aimons : somptueuse, divine, lumineuse, vous semblez venir d'un monde où tout n'est que grâce et poésie.

Malgré votre très jeune âge, vous avez déjà exploré et marqué du sceau de votre génie les plus grands rôles du répertoire, avec une maturité qui n'a d'égale que votre spontanéité, et cette liberté que seule permet la parfaite maîtrise.
Aussi à l'aise dans le rôle d'héroïne romantique de "La Belle au bois Dormant", de femme fragile dans "Le Lac des Cygnes" ou de danseuse flamboyante dans "La Bayadère" – autant de spectacles que nous avons eu le bonheur de voir au Palais Garnier – vous incarnez l'irréductible modernité de la danse classique.

Vous savez sans doute que DEGAS a réalisé une série de pastels représentant des danseuses russes, alors de passage à Paris : on ne peut s'empêcher de songer à vous, chère SVETLANA, en contemplant ces toiles : éclat, sensualité, force expressive, fluidité des mouvements, telles sont quelques-unes des qualités de votre style véritablement unique.
Unique, vous l'êtes aussi par votre engagement au service de la culture. Élue à la Douma d'État, vous êtes également membre du Conseil Présidentiel de la Culture et des Arts : vous avez le sens du collectif et avez
choisi d'investir une partie de votre énergie et de votre intelligence dans le milieu ô combien complexe de la politique... Votre engagement ne s'arrête d'ailleurs pas à la porte des salles d'opéra : en signant votre contrat pour "Carmen", vous avez exigé que le prix des places soit raisonnable pour que l'art du ballet reste accessible à chacun de vos concitoyens, même les plus modestes : comme ministre de la République, attaché à ce que j'appelle la « culture pour chacun », je ne peux que saluer chaleureusement votre généreuse initiative !

Poète de la grâce, du temps et de l'espace, vous nous enchantez spectacle après spectacle, en portant à incandescence les rôles dont vous savez en même temps préserver le mystère. Par la perfection de votre art, par votre charme et votre grâce, vous êtes l'ambassadrice de la femme russe, dont vous nous offrez le visage idéal.

Chère Svetlana ZAKHAROVA, au nom de la République française, nous vous remettons les insignes d'Officier dans l'ordre des Arts et des Lettres".
Revenir en haut Aller en bas
Domitille
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 18
Pays ou ville : France - Nancy
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Ven 18 Fév 2011 - 19:11

bon... je m'arrête là pour ce soir. Dites-moi ce que vous en pensez !

Bonne soirée !
Domitille
Revenir en haut Aller en bas
Domitille
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 18
Pays ou ville : France - Nancy
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Sam 19 Fév 2011 - 10:46

alors, pas de nouvelles ?! Very Happy monkey
Revenir en haut Aller en bas
classical
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 22
Pays ou ville : france
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Sam 19 Fév 2011 - 12:01

J'adore aussi Svetlana Zakharova !


Voici une magnifique vidéo d'elle dans Carmen :
http://www.youtube.com/watch?v=3Vw6bbqXm2A
Revenir en haut Aller en bas
Domitille
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 18
Pays ou ville : France - Nancy
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Sam 19 Fév 2011 - 14:50

oui ! je la connais par coeur !
au fait, je vous mets un lien d'elle DANS UN BALLET COMPLET !!


Le lac des cygnes :
http://www.youtube.com/watch?v=3StxJPdQD8g

il y a un 2ème ballet complet sur You Tube avec elle, mais l'image que j'ai mis sur ballet à trouver en fait partit !

Quand vous aurez trouvé, je mettrai le lien !

SVP ne cherchez pas c'est de la triche, sinon !!!!

Bonne après midi !
Domitille
Revenir en haut Aller en bas
classical
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 22
Pays ou ville : france
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Sam 19 Fév 2011 - 18:15

MMerci du lien ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Domitille
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 18
Pays ou ville : France - Nancy
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Dim 20 Fév 2011 - 17:46

voici une photo :



voici le texte qui va avec :
C'est à une bien triste nouvelle que les fans de Svetlana ZAKHAROVA ont été confrontés le dimanche 17 Janvier 2010.

En effet, Svetlana ZAKHAROVA devait se produire au New National Theatre à Tokyo les 17, 19 et 21 Janvier 2010.
Elle devait danser "Le Lac des Cygnes" avec Andreï UVAROV.

Malheureusement, dès son arrivée au Japon, l'état de santé de notre Reine ZAKHAROVA n'était pas bon et son médecin lui a ordonné de ne pas danser durant ces trois dates.
Svetlana ZAKHAROVA a toutefois voulu informer ses fans en leur adressant un message d'excuses que voici :

"Chers invités distingués

Je suis profondément désolée de vous informer que je devais danser "Le Lac des Cygnes" en ce moment.
Après mon arrivée au Japon, mon état de santé n'était pas bon et après inspection par un médecin, ce médecin m'a ordonné de mettre fin aux activités scèniques pour le moment jusqu'à ce que mon état de santé s'améliore.

Je regrette beaucoup de ne pas pouvoir danser face à vous cette fois-ci mais j'espère de vous rencontrer au New National Theatre pour le ballet "La Dame aux Camélias" en Juin 2010.

Svetlana ZAKHAROVA"


Souhaitons à Svetlana ZAKHAROVA un très très bon rétablissement et un retour rapide sur scène pour notre plus grand bonheur, mais aussi pour le sien.


Le prochain rendez-vous aurait dû avoir lieu le 31 Janvier 2010, en Pologne, où Svetlana ZAKHAROVA aurait dansé "La Bayadère" au Théâtre Wielki Opera Narodowa, à Warsaw, avec Denis MATVIENKO.

Toutefois, je viens de voir sur le site du théâtre polonais que sa prestation a été annulée.
Svetlana ZAKHAROVA sera donc remplacée par Alina SOMOVA.

Il semblerait que Svetlana souffre d'un problème situé au niveau de l'aine.
(L'aine est la zone anatomique entre la cuisse et l'abdomen).

Revenir en haut Aller en bas
Domitille
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 18
Pays ou ville : France - Nancy
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Dim 20 Fév 2011 - 17:49

encore une photo et un texte :


Créé en 1898 au Théâtre Mariinsky, "Raymonda" se déroule dans un Moyen Age de convention.
Raymonda est une jeune damoiselle de noblesse provençale fiancée au chevalier, Jean de Brienne, parti en croisade au pays Sacré.
Elle fête son anniversaire, et son fiancé, qui doit arriver le jour suivant, lui envoie en cadeau son portrait.
Un guerrier sarrasin, appelé Abderaman, arrive au château de Raymonda et essaie de conquérir son amour.
La nuit, Raymonda rêve que Jean descend de son portrait et danse avec elle. Elle se réveille et trouve à sa place Abderaman, en train de renouveler ses avances.

Raymonda attend Jean avec anxiété. Pendant ce temps, Abderaman l'invite à danser et avec ses compagnons, essaie de la kidnapper. Jean arrive juste à temps accompagné de son frère, le Roi de Hongrie. Jean se bat victorieusement en duel avec Abderaman. Raymonda est sauvée et épouse Jean. Une grande fête est alors organisée au château en l'honneur de leur mariage.


Dès le début du ballet, j'ai immédiatement été absorbée par la magie qu'il provoque presque instantanément.
Svetlana ZAKHAROVA entre en scène dès le début, et à cet instant, c'est une Reine que je vois apparaître.
Elle en impose par sa présence, c'est indiscutable. Je n'ai vu qu'elle.
Avant que le Premier Acte commence, on découvre les personnages de Raymonda, du Chevalier Jean de Brienne, mais aussi d'Abderaman qu'on voit apparaître comme une menace dans sa grande cape noire.




Puis les personnage s'effacent rapidement de scène et le Premier Acte commence.
Raymonda fête son anniversaire et là, je découvre ce corps de ballet majestueux qu'est le corps de ballet du New National Theatre de Tokyo. Le corps de ballet a une importance fondamentale dans "Raymonda".

Je n'ai jamais vu un corps de ballet aussi beau, aussi performant techniquement, aussi coordonné. Habituellement, il se peut qu'on voit des erreurs d'ensemble entre les danseurs.
Mais là, rien. Tous les danseurs étaient comme synchronisés. A aucun moment, je n'ai pu détecter une faille.
J'étais comme hypnotisée par ce corps. Aujourd'hui, je le considère bien meilleur que le corps de ballet de l'Opéra de Paris. Les danseurs japonais ont une technique !!

Les costumes et décors quant à eux sont d'une beauté incroyable !
Il semble parfois manquer de décors sur scène, mais le corps de ballet remplit admirablement cette dernière et tout cela apparaît alors comme un détail sans grande importance finalement.

Dans ce Premier Acte, on découvre Abderaman, sarrasin qui tente de séduire le cœur de Raymonda.
Abderaman est dansé par Kentaro MORITA, et ce danseur m'a époustouflé ! Il était majestueux et il m'est apparu comme un puissant personnage. Impossible de ne pas le remarquer.

Dans ce Premier Acte, Raymonda rêve que son fiancé, Jean de Brienne descende de son portrait et vienne danser avec elle.
Denis MATVIENKO entre alors en scène et j'assiste à un rêve magique ! La danse de Svetlana ZAKHAROVA est la plus pure que je connaisse. C'est un ange, ou bien une Déesse, ou bien elle est irréelle !
Les expressions de son visage sont si belles ! Elle donne tout !
Et on comprend très facilement ce qu'elle cherche à faire passer à travers ses gestes.
Les adjectifs qualificatifs sont nombreux pour qualifier sa danse divine, mais les énumérer prendrait trop de temps.

Denis MATVIENKO a été très applaudi.
Il est plein d'amour pour Raymonda et cela se voit. Sa danse est puissante et romantique, et à aucun moment, je ne l'ai vu faiblir dans les sauts ou remarqué une quelconque difficultés sur les traits de son visage.

A la fin du Premier Acte, Raymonda se réveille et au lieu de trouver son Prince à ses côtés, elle trouve Abderaman. Le rideau se baisse et le deuxième acte peut alors commencer.





Dans le deuxième acte, on voit un duel qui s'oppose : d'un côté, Abderaman et ses camarades et d'un autre, Raymonda et ses troubadours.
Dans cet acte, Svetlana ZAKHAROVA fait clairement comprendre son refus de se soumettre aux avances d'Abderaman. Son visage devient alors très froid, mais tout en gardant une certaine timidité qui la rend attachante et pleine de douceur et de fragilité.

Les danses du corps de ballet dans cet acte m'ont vraiment touchée. Il est impossible de se lasser de les voir.
Ces danseurs font peut être parti du corps de ballet, mais ils possèdent une technique et une grâce que bien des danseurs n'ont pas !
Et que dire des solistes ? Et bien tour à tour, elles effectuent des solos sur scène et à chaque fois, je reste sans voix. Si j'avais pu les applaudir, je l'aurais fait volontiers.

La bataille entre Jean de Brienne et Abderaman ne dure pas si longtemps.
Je pensais qu'elle serait plus longue. Mais elle se conclue par la mort d'Abderaman et le triomphe de Jean de Brienne.
Ici, j'avoue que Kentaro MORITA a été majestueux une fois de plus dans sa danse.
J'en arrive presque à regretter sa disparition car sa danse est si captivante que je ne serai pas contre le revoir danser à nouveau.





Le deuxième Acte se termine sur les retrouvailles de Jean de Brienne et Raymonda et le troisième Acte commence alors sur les festivités du mariage entre les deux tourtereaux.

Ici, c'est à un vrai festival de danses que j'assiste ! Plus belles les unes que les autres.
Je voudrais que le ballet dure encore et encore, mais je sais qu'il va se terminer, alors je prends un maximum de ce que peuvent donner les danseurs.
Svetlana ZAKHAROVA est radieuse ! Elle a enfin retrouvé son chevalier et plus rien ne pourra lui arriver.
Son costume est magnifique et la Reine qui est apparue sur scène au début est là à nouveau.
Le corps de ballet et les Étoiles dansent ensemble et c'est une harmonie parfaite qui se créée.



Puis, le rideau se baisse et c'est déjà la fin du ballet.
La magie a opérée et c'est avec un ravissement et un enchantement total que j'ai découverts "Raymonda".

D'un avis général, ce ballet est vraiment splendide !
Si vous n'avez jamais eu l'occasion de le voir, je vous le recommande vivement.
La troupe japonaise est d'un dynamisme étonnant et d'une rapidité d'exécution impressionnante ! C'est une troupe qui a fait un travail colossal pour en arriver à un tel niveau de perfection.
Svetlana ZAKHAROVA et Denis MATVIENKO ont sublimé cet enchantement merveilleux par leur danse irréelle et ce couple m'a fait voyager dans leur univers.


Revenir en haut Aller en bas
Domitille
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 18
Pays ou ville : France - Nancy
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Dim 20 Fév 2011 - 17:51

voici une interview :


Le gala de Svetlana ZAKHAROVA a été un véritable évènement couronné de succès à l'époque et, avant et après ces fameux concerts de gala, les interview furent nombreuses.

J'ai choisi de publier une interview à propos du ballet "Carmen" : j'aime ce rôle et je trouve qu'il y a quelque chose de très attractif dans ce ballet.





La tonique du Bolchoï n'a pas d'amis au travail



Pour sa performance, Svetlana ZAKHAROVA a choisi le ballet "Carmen" et des chorégraphies spécialement faites pour elle par des maîtres de ballet modernes. La danseuse Etoile du Bolchoï, lauréate du prix D'État, «Golden Mask», et membre du conseil Présidentiel pour la Culture, a dialogué avec « Time Out » sur la préparation du rôle, les relations dans le théâtre et ses villes préférées.




Dans quelle mesure êtes-vous guidée par Plissetskaïa, qui a créé la Carmen canonique ?

Je préparais « Carmen » avec Alberto ALONSO (le chorégraphe qui a reprit "Carmen" au Bolchoï — Notes Time Out) et son épouse, et ensemble, ils ont fait pour moi un nouveau ballet, pas tout à fait celui que dansait Plissetskaïa. Nous avons prit quelque chose d'Alicia Alonso, sa soeur, quelque chose de Maïa Mikhaïlovna. Je n'avais pas l'intention de faire un rôle semblable au rôle de Plissetskaïa, mais je savais dès le départ que nous étions tout à fait différentes : à la fois le caractère et la forme, et selon la force d'exécution et la performance.
Avant les répétitions, j'ai consulté une grande actrice Elina Bystritskaya, et elle m'a dit ce que je devais être. J'étais debout, à la croisée des chemins : le rôle pouvait conduire d'un côté ou de l'autre — et elle m'a donné des conseils sur lequel choisir.


Dans votre version, Carmen aime t-elle José ?

Oui, mais elle est une jeune fille très instable. Elle est intéressée par une personne, elle en tombe amoureuse, puis elle voit ensuite une autre personne et elle l'aime. Et elle, au total, elle n'est pas coupable. Son amour momentané peut-être, mais réellement, tout ce qu'elle fait, elle le fait avec une grande âme et avec une attitude chaleureuse. Elle éclate instantanément — brûle instantanément.


Vous êtes née à Lutsk, avez étudié à Kiev, puis à Pétersbourg. Puis vous êtes passée du théâtre Mariinsky au Théâtre du Bolchoï et vous avez déménagé à Moscou. Dans quelle ville êtes-vous le plus confortable, où vous sentez-vous le mieux ?

J'aimais quand je vivais à Kiev, il y avait là mon école favorite et mes professeurs préférés. Je me suis rendue à St Pétersbourg et j'ai voulu grandir en elle, mais j'ai compris avec le temps que si vous n'êtes pas né là-bas, vous ne pourrez pas y grandir. Tout le temps, une certaine tristesse se faisait sentir, et bien sûr, un très mauvais climat.
Je craignais beaucoup de déménager à Moscou, parce que je ne connaissais personne ici, mais deux mois plus tard, tout est devenu familial. Puis, j'ai commencé à avoir des amis proches, et depuis ce temps-là je suis incroyablement heureuse. Parfois il me semble que Moscou est faite par les gens étrangers. Ils veulent tellement être des Moscovites qu'ils tâchent d'atteindre de grands succès. Nous, les étrangers, sommes ambitieux et nous voulons montrer que nous sommes dignes de la capitale.


Vous êtes arrivée au Bolchoï immédiatement en tant que Prima Ballerina, et je ne pense pas que vos collègues se sont vraiment réjouis de cela. Il y a deux mois, je parlais à Nikolaï TSISKARIDZE, et il me disait que tout le monde se déteste dans le théâtre. Mais vous au Bolchoï, avez-vous des amis ?

Je pense ... Non, je suis sûre que je n'ai pas d'amis dans le théâtre. Il y a des collègues. Quand vous préparez une performance, vous communiquez étroitement avec le partenaire, mais la performance passe, commence un travail avec un autre partenaire - et cessent alors toutes relations, même téléphoniques. Mais il n'y a pas d'ennemis— bien sûr, on envie l'un ou l'autre, mais à notre époque, il n'y a pas d'horreurs qui se produisent. Toutes ces histoires, quand des costumes sont coupés avec des bijoux, que du verre cassé est versé dans les pointes : rien de tel ne s'est produit en ce qui me concerne.


Revenons à votre performance. Dans la deuxième partie, vous avez des chorégraphies de maîtres de chorégraphie modernes. Selon quel principe les avez-vous choisis ?

Quand est apparue l'idée de cette soirée, j'ai décidé que je danserai absolument "Carmen", et j'ai réfléchi à ce que je pouvais faire d'extraordinaire dans la deuxième partie. J'ai demandé à un ami qui voyage beaucoup dans le monde entier, de me faire un DVD avec des travaux de maîtres de chorégraphie. Dans les cinq disques, j'étais intéressée par les travaux de Krzysztof Pastor. Ce n'est pas du moderne complet, pas d'acrobatie, c'est l'histoire des relations humaines. Et il prend une belle musique, c'est important aussi.


Selon les rumeurs, vous avez posé cette condition aux organisateurs de cette soirée : les prix ne s'envoleront pas jusqu'au ciel.

Oui, quand j'ai signé le contrat, j'ai dis que je comprenais qu'il fallait payer les honoraires aux personnes qui travaillent avec moi, le transport des décors ; tout cela, ce sont de grandes dépenses. Mais je ne veux pas seulement que dans la salle soient assis les gens qui peuvent acheter des billets pour un prix incroyable, je veux que ce soit la soirée pour tous les gens qui aiment ma danse. Pour les spectateurs qui ne peuvent pas venir au Bolchoï à chaque fois pour mes performances. C'est pourquoi j'ai posé de telles conditions à Moscou, et à St Pétersbourg.


Depuis l'année dernière, vous êtes membre du conseil Présidentiel pour la Culture. Comment cela s'est-il passé ? Vous ont-ils téléphoné et vous ont-ils demandé si vous le vouliez ?

J'ai appris cela par les informations, puis j'ai reçu un télégramme — et je me sentais tellement fière ! C'est comme une récompense, et je dois démontrer que je suis digne d'être là, parce qu'il y a beaucoup de dignité. Beaucoup de gens ayant reçu quelques récompenses se calment, mais moi, au contraire, j'ai une sorte de peur si je suis reconnue. Il est terrible de rester immobile, et n'importe quelles récompenses donnent le désir de monter vers la classe supérieure ! Mais pour monter vers la classe supérieure, il faut être encore plus enfermée dans les salles de répétition et travailler, travailler et ne pas être paresseux.
Revenir en haut Aller en bas
Domitille
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 18
Pays ou ville : France - Nancy
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Dim 20 Fév 2011 - 17:56

L'histoire de Svetlana ZAKHAROVA - jeune fille d'une famille de militaires, devenue la diva du monde du ballet – est comme le conte de fée « Cendrillon ».
Quand en 1995, à Saint-Pétersbourg, à 16 ans, l'ancienne élève de l'École chorégraphique de Kiev remporte la seconde place au concours Vaganova, elle est immédiatement repérée par les maîtres du concours international de jeunesse.
L'étudiante d'honneur entre alors immédiatement dans une classe de dernière année à l'Académie Vaganova et durant cette année, elle est « polis » en pleine conformité avec les canons de l'école de Saint-Pétersbourg.
Le Théâtre Mariinsky accueille alors la danseuse de ballet prête et, contrairement aux traditions rigides, l'élève sortante de 17 ans, danse déjà quelques rôles principaux lors de sa première saison.

La même année, Moscou tentait d'attirer la danseuse : Le Directeur Artistique du Bolchoï, Vladimir Vassiliev, lui promet le premier rôle dans « Le Lac des Cygnes ». Mais elle refuse sagement : elle rejoint le Bolchoï sept années plus tard, et dans un tout autre statut - avec des dizaines de rôles sur ses épaules et une forte renommée internationale.
Le titre officiel de tonique du Bolchoï et le droit à un calendrier personnel des tournées, est seulement une partie des privilèges de ce que Moscou offre à sa nouvelle étoile.

Au Bolchoï, Svetlana ZAKHAROVA danse tout ce qu'elle veut et ce qu'elle peut, plus exactement, tout ce que le théâtre peut lui offrir : classique, classique et de nouveau classique. Par sa nature physique, Zakharova était destinée à devenir l'otage de la danse classique : son corps extraordinairement bien formé (les critiques ont compté : « un sur un million »), fournit une perfection classique dans tous les mouvements, et aucun défaut technique. Mais il semble que lors de ses Odette-Odile, Giselle, La fille du Pharaon, Kitri - ces mêmes critiques ont noté à maintes reprises une certaine froideur et le vide de ses héroïnes idéales.
Des critiques disent alors des méchancetés : «Sa Bayadère réagit aux réclamations du brahmane avec la beauté irritée, d'un ongle accidentellement cassé. »

Svetlana ZAKHAROVA s'ennuyant, elle commence alors à chercher de nouveaux rôles : dans le vaste répertoire du Bolchoï, elle ne trouve rien d'intéressant. Les performances de l'ancien Directeur Artistique Alexei Ratmanski, semblaient trop démocratiques pour l'Etoile, habituée à se sentir au centre de l'univers du ballet.
Un nouveau rôle pour Zakharova est inattendu pour beaucoup : la ballerine est entrée dans « La Russie Unie », est devenue le député de La Douma d'Etat de la région de Saratov, est entrée au Comité de La Douma de la Culture, se met à parler dans les interview qu'elle envisage une future carrière de fonctionnaire, comme Ministre de La Culture.

Etant devenue une Reine, l'ancienne Cendrillon a simplement peiné au travail de force. Elle part alors volontairement comprendre les secrets de la danse moderne. Elle choisit les professeurs, en s'essayant elle-même aux parties les plus complexes. Un de ses chorégraphes, l'italien Francesco Ventriglia, a transformée «l'icône du ballet classique» en un avatar informatique, marquant avec des figures son corps tout-puissant. Il a deviné exactement, et avec le caractère décisif de la danseuse de ballet, et avec la définition de ses rôles et fonctions dans le monde du ballet. Dans le ballet nominatif « Zakharova Supergame », l'héroïne surmontait avec plaisir les concurrents d'un coup de pied magique. Selon l'idée du chorégraphe, Zakharova devait passer cinq niveaux de jeu en détruisant les opposants dirigés par le Dieux du temps, Chronos, afin d'atteindre l'immortalité.
Y compris l'esthétique – à titre du rôle unique de la danseuse de ballet unique.






Svetlana ZAKHAROVA: "Ces montres m'ont choisies"



"Ces montres m'ont choisies ! Je dois l'avouer, j'étais très heureuse de recevoir une offre pour devenir le visage d'Audemars Piguet, c'est une marque légendaire. Maintenant, je ne serai en retard nulle part, parce qu'ils veulent voir et regarder. Cette œuvre d'art !

Audemars Piguet n'est pas seulement un grand nom, c'est aussi des gens merveilleux, une vraie famille, pas étonnant que cette marque appartienne toujours à ces dynasties qui l'ont fondée. Dès la première rencontre avec les propriétaires et dirigeants de la société, nous avons bénéficié de très bonnes relations.

J'ai ainsi été impressionnée par Millenary Starlit Sky, que je porte sans enlever. Mais pour les occasions spéciales, je porte une montre de la collection Millenary Precious avec des bijoux de la même collection. Je ne nie pas le plaisir de les porter et les montrer à la légendaire Royal Oak. À mon avis, c'est exactement l'objet parfait pour les styles de vie actifs".






Comment être soi-même sur scène ?

Pour moi, être sur scène, danser sur scène, c'est une sorte de révélation. Ce sont toutes les émotions que je garde et sacrifie. Sur scène, je me sens excitée et c'est quelque chose qui me donne vraiment beaucoup d'énergie. Je perds beaucoup d'énergie, mais je reçois aussi beaucoup d'énergie. C'est comme une révélation. Quand je danse, quand je suis sur scène, je ressens des émotions très fortes.


En ce qui concerne les chaussons ...

Bien sûr, en comparant les chaussons d'aujourd'hui avec ceux des danseuses du siècle passé, il y a une grande différence. Maintenant, nous avons beaucoup plus de chaussons confortables et une variété de produits pour prendre soin de nos pieds. Mais ça dépend aussi du sol : si le sol est trop dur, c'est un peu douloureux pour danser. Mais aujourd'hui, il y a des surfaces spéciales qui existent, comme au Japon, ils le font d'une façon différente et, finalement, ce n'est pas aussi douloureux.


Tenez-vous à visiter la fabrication d'Audemars Piguet ?

Il est clair que dans un futur proche je voudrais visiter l'usine d'Audemars Piguet et voir de mes propres yeux comment la conception des montres est menée. Je suis très curieuse. Et une autre chose : je voudrais beaucoup profiter d'une performance en Suisse, pour y danser et prendre une partie de mon cœur pour ce pays.


Pensez-vous aller au Portugal dans un avenir proche ?

Malheureusement, mon avenir est déjà programmé. L'année prochaine, le Portugal n'est pas inclus, mais si il y a une offre ou une proposition pour une toute autre occasion, j'aimerai y aller.



Revenir en haut Aller en bas
Domitille
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 18
Pays ou ville : France - Nancy
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Dim 20 Fév 2011 - 18:00

voici encore une photo et un texte :


Les solistes de la troupe du Bolchoï étaient à Paris à l'occasion du gala intitulé "Hommage aux Ballets Russes".
Svetlana ZAKHAROVA dansait le Pas de Trois du Cygne Noir avec pour partenaires Karl PAQUETTE dans le rôle de Siegfried et Stéphane BULLION dans le rôle de Rothbart.

Bien qu'elle fût une sublime Odile, on lui reproche notamment de ne pas avoir eu de partenaire à sa hauteur.
Danser avec Mlle ZAKHAROVA doit certainement se révéler être compliqué quand on ne possède pas la technique ou "la stature". Il est alors difficile de faire face à la tornade ZAKHAROVA.
Bref, ses deux partenaires ont bien eu du mal à la suivre.
Toutefois, je pense qu'il ne faut pas leur en vouloir car tous les deux sont d'excellents danseurs, mais je persiste et signe : entre danseurs russes et danseurs français, il y a une nette différence !

On reproche également à Svetlana ZAKHAROVA d'avoir "joué à la diva" et de ne pas avoir assez regardé ses deux partenaires.
Sur le forum Dansomanie, on note que "Stéphane BULLION a essayé en vain d'établir une complicité et Karl PAQUETTE de charmer, mais il n'y avait pas beaucoup de regards du côté de la dame".
D'autres circonstances atténuantes apparaissent comme le manque de décors et l'éclairage trop fort.
Évidemment, dans ce ballet, si il n'y a pas de décors, il est difficile de s'imprégner totalement du ballet.
Et c'est dommage je trouve que l'Opéra n'ait pas fait le nécessaire.

Sur le blog syltren.blogspot.com, on note que "Svetlana Zakharova, a oublié qu'elle n'était pas seule sur scène et Stéphane Bullion et Karl Paquette ont paru se contenter entre eux. Les seuls moments qui pouvaient évoquer l'ensemble du ballet où Odile et Rothbart sont sensés embobiner Siegfried se sont alors réduits à Rothbart s'amusant avec le Prince... "

On dit également, que l'Opéra aurait du lui attribuer pour partenaire Nicolas LE RICHE ou encore José MARTINEZ qui auraient sans doute été à la haute de notre "Diva incontrôlable".

Sur le Forum Dansomanie, Haydn cite parfaitement : "il faut aussi dire que pour ces galas mondains, les répétitions sont réduites à quasiment rien, ce qui ne favorise pas un travail artistique très approfondi."
Je pense qu'il est important de le notifier car oui, il y a de mauvaises critiques, mais quand il n'y a pas beaucoup de répétitions derrière, il ne faut pas s'en étonner.
Nos Etoiles ne sont pas surhumaines.


Pour ma part, Svetlana ZAKHAROVA restera toujours la ZAKHAROVA légendaire qui me fascinera éternellement et que je regarderai toujours avec admiration et quoi qu'il en soit, je la trouverai toujours merveilleuse.
Son côté hautain ne plaît pas à tout le monde. Je trouve qu'il fait la différence et qu'elle incarne avec grâce et élégance le style des ballets russes.
A ses partenaires d'être à la hauteur.

Revenir en haut Aller en bas
Domitille
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 18
Pays ou ville : France - Nancy
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Dim 20 Fév 2011 - 18:01



Un grand succès pour « Le Lac des Cygnes » au Théâtre de l'Opéra de Rome

L'Etoile mondiale du ballet s'est produite à Rome





C'est à une invasion festive et joyeuse que les spectateurs italiens ont assisté du 17 novembre au 2 décembre au Théâtre de l'Opéra de Rome, en Italie.
Non pas à une invasion d'étrangers issus d'univers extragalactiques, mais des cygnes élégants vêtus de tutus de tulle blanc et des cygnes de toutes tailles et nationalités qui se sont rassemblés en masse, parfaitement prêts à raconter la malheureuse histoire d'amour entre le prince Siegfried et la belle mais malheureuse Odette, prise au piège par le méchant magicien Rothbart, sous les traits d'un cygne.










Enfin, un véritable Festival « Lac des Cygnes » dans lequel se sont succédés à l'honneur italiens et danseurs étrangers.
Un véritable défilé d'Odette / Odile qui rivalisent avec n'importe quelle scène du monde.
Ce « Festival » fut assuré par l'ukrainienne Oksana Kucheruk et l'espagnol Igor Yebra, puis la russe Ekaterina Borchenko et Massimo Garon, Vito Mazzeo, Tamas Nagy.
Les débuts de la jeune Alessandra Amato éveillaient également les curiosités ainsi que la présence des jumelles cubaines Lorna et Lorena Fejoo.
Cette version de Samsova, qui a également impliqué Carla Fracci en tant que Reine Mère, a fourni à l'avance une salle comble à la billetterie.
Le chef d'orchestre principal du théâtre était l'artiste honoré de Russie, Andrei ANIKHANOV.



Mais la plus grande attente était sans conteste celle de Svetlana Zakharova, également appelée “Le miracle russe”, en couple avec Andrei Uvarov les 27 et 29 novembre et le 2 décembre dernier.

Svetlana Zakharova qui, rappelons le, est reconnue dans le monde comme la meilleure interprète féminine dans “Le Lac des Cygnes”.
Tous les billets concernant les 3 prestations de Sveta se sont vendus très rapidement à l'avance !
Zakharova et Uvarov ont d'ailleurs déclenché une rafale d'applaudissements de la part du public romain.

Pour tous les deux, il ne s'agit pas là de leur premier succès sur la scène italienne : Zakharova a dansé «Giselle» sur la célèbre scène italienne de La Scala à Milan avec le fameux danseur italien Roberto Bolle.
Les Italiens ont prit plaisir à regarder la performance d'Odette / Odile effectuée par l'ancienne Prima Ballerina du Mariinsky.



“Je suis heureuse que “Le Lac des Cygnes”, l'un des chef-d'oeuvre de la danse classique, se produise à Rome – a déclaré Svetlana Zakharova dans une interview à RIA Novosti. Ce ballet éternel, tant aimé des spectateurs et des interprètes est intéressant : et dans les versions traditionnelles, et dans les nouvelles versions modernes. Je danse le rôle d'Odette / Odile depuis de nombreuses années et je l'ai dansé dans de nombreuses versions chaque fois en éprouvant un immense plaisir. Je suis heureuse de pouvoir le partager avec les amateurs italiens du ballet classique.”




Sur la musique de Tchaïkovski, mis en scène par Andrey Anikhanov d'abord, puis par Fabrizio Maria Carminati, du Mardi 17 novembre jusqu'au 2 décembre, nous avons vu onze représentations du « Lac des Cygnes », chef-d'œuvre de Petipa – chorégraphié par Ivanov, légèrement redessiné par Galina Samsova (chorégraphe, également avec des racines de La Russie, elle a longtemps vécu à l'étranger et collabore avec des compagnies de ballet de premier plan dans le monde).
La version classique de Marius Petipa et Lev Ivanov présentée au Théâtre Impérial Mariinsky en 1895, a été entièrement conservée.
Le ballet "Le Lac des Cygnes» dans l'explication d'une ancienne légende allemande, dont La Première a eu lieu le 4 mars 1877 au Bolchoï, est l'un des ballets favoris et le plus souvent répété en Italie.
«Soixante-quatre spectacles de 2003 à 2009 – c'est un record absolu. Aucun opéra, même les compositeurs populaires comme Verdi, Puccini, Bizet, Bellini, n'ont pas été répétés tant de fois ces dernières années. Pas de théâtre italien et autre en Europe peuvent s'en vanter, »- dit avec fierté la Directrice de la Compagnie de Ballet de l'Opéra de Rome, la célèbre danseuse Carla Fracci.

L'incroyable popularité du «Lac des Cygnes» est attribuée à la belle musique de Tchaïkovski.
Beaucoup de mérite appartient à l'école de ballet russe et à ses étudiants, brillant désormais sur les scènes mondiales, reconnaît Fracci, elle-même qui a dansé une fois avec les excellents danseurs russes Rudolf Noureev, Vladimir Vassiliev, et Mikhaïl Baryschnikov.





Revenir en haut Aller en bas
classical
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 22
Pays ou ville : france
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Dim 20 Fév 2011 - 20:03

Magnifiques photos de cette très belle artiste !
Revenir en haut Aller en bas
Domitille
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 18
Pays ou ville : France - Nancy
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Lun 21 Fév 2011 - 7:48

voilà des photos d'elle :


Revenir en haut Aller en bas
Domitille
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 18
Pays ou ville : France - Nancy
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Lun 21 Fév 2011 - 7:52

Revenir en haut Aller en bas
Fati
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 20
Pays ou ville : Oujda
Date d'inscription : 16/10/2010

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Lun 21 Fév 2011 - 20:59

Hahaha ça fait tout drole de voir une danseuse avec un seul chausson de pointe au pied par contre la dernière photo est sublime I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://leforumdefati.forummaroc.net/
Domitille
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 18
Pays ou ville : France - Nancy
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Mar 22 Fév 2011 - 7:58

oui, j'ai bien aimé celle avec 1 seul chausson.
je t'en mets une autre du même genre :
je l'avais mise dans la rubrique polina semionova mais c'est svetlana zakharova.

Revenir en haut Aller en bas
Fati
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 20
Pays ou ville : Oujda
Date d'inscription : 16/10/2010

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Mar 22 Fév 2011 - 20:31

Ah oui je l'avais vu elle a combien de pied cette danseuse?? Razz Je n'en vois que deux un avec un chausson et l'autre sans Very Happy (Je rigole elle très belle cette photo)
Revenir en haut Aller en bas
http://leforumdefati.forummaroc.net/
Domitille
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 18
Pays ou ville : France - Nancy
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Mer 23 Fév 2011 - 12:13

non ça va elle est normale ! elle n'a que 2 pieds !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Lili3
Elève très active
Elève très active
avatar

Age : 18
Pays ou ville : maroc
Date d'inscription : 29/11/2009

MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   Ven 18 Mar 2011 - 18:07

C'est vraiment trop long a lire tout ça ! Rolling Eyes les photos sont belles. C'est une belle danseuse. Tu la connais par coeur Domitille ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Svetlana Zakharova   

Revenir en haut Aller en bas
 
Svetlana Zakharova
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Danse Classique Académique :: Discussions Générales :: Portraits-
Sauter vers: